AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Sinon, être un moldu, c'est cool - Hermigan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Hermès E. Lawburry
Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées


Parchemins : 97
ici depuis : 27/07/2015
Maison / Profession : PREFET. Serpentard - cinquième année du second cycle cursus justice magique
Pink symptoms : Il a prit l'apparence de Leandre Appleby

MessageSujet: Sinon, être un moldu, c'est cool - Hermigan   Lun 3 Aoû - 23:13

Sinon, être un moldu, c'est cool
Morrigan
feat.
Hermès


 

 



 

 


Il y avait, dans les couloirs de sainte-mangouste, un monde fou. Dans l’entrée de l’hôpital, les gens s’entassaient, plus ou moins paniqués. La secrétaire d’accueil tentait tant bien que mal de faire un tri dans cette cohue de malades tout en essayant de garder un semblant de calme. Devant le nombre de personne qui attendaient pour se signaler à elle, Hermès se sentit faiblir. Combien de temps allaient-ils devoir attendre avant que quelqu’un ne s’occuper de leur cas ? S’il avait été seul, il aurait bien trouvé une excuse pour passer devant tout ce monde. Mais il n’était pas seul, et il doutait que Leandre accepte ce genre de comportement. Vraiment, parfois, être gentil et respectueux n’amenait rien de bon. Il aurait pu essayer de négocier avec lui, mais la simple idée de se retourner lui donnait la nausée. Parce que, si’l s’était retourné, il se serait retrouvé face à face avec lui-même. Face à face avec son propre corps. Les yeux qu’il aurait regardés auraient été les siens et la bouche qui aurait parlé aurait été la sienne. Hermès ne le supportait pas. Il ne supportait pas d’entendre les paroles de Leandre sortir avec sa propre voix. Il ne supportait pas non plus de se retrouvé piéger dans un corps qui n’était pas le sien. Cela faisait quelques heures à peine qu’ils s’étaient rendu compte du drame et rien de ce qu’ils avaient pu tenter, à leur niveau, n’avait fonctionné. Ils avaient besoin d’aide. Ils allaient expliquer le problème a un médicomage et il trouverait une solution. Dans quelques heures tout au plus, la situation redeviendrait comme avant. Il retrouverait son corps, Leandre le sien, et ils pourraient continuer à se détester cordialement comme avant. Mais avant cela, il fallait attendre. C’était quand même dingue, que tant de gens se retrouvent malades en même temps. Hermès fronça les sourcils, écoutant d’une oreille plus attentive les brides de conversations qu’il arrivait à saisir parmi le brouhaha ambiant. Apparemment, ils n’étaient pas les seuls à s’être réveillés avec une maladie étrange. La dame, devant eux, avait un troisième bras qui lui avait poussé sur le front et, d’après ce qu’il avait entendu, le petit monsieur rondouillet un peu plus loin se prenait pour une poule. Qu’est-ce qu’il se passait ? Etait-ce là un effet du nuage rose qui planait au-dessus de leurs têtes depuis une semaine désormais. Un peu comme une sorte de truc radioactif qui entrainait des symptômes bizarres ? A cette idée, Hermès sentit la panique le submerger. Par Merlin, pourvu que les médicomages sachent de quoi il en retournait. Pourvu que quelqu’un, dans cet hôpital, sache quoi faire. Les minutes s’égrenèrent lentement. Lorsque, enfin, ils arrivèrent devant la sorcière, Hermès ne tenait plus en place. Lui, habituellement si calme et stoïque, se tordait les doigts depuis dix bonnes minutes maintenant. Rapidement, il expliqua la situation à la bonne femme qui leur posa tout un tas de questions inutiles. Pas étonnant que l’attente soit si longue. Elle les invita finalement à patienter à nouveau. Un médicomage allait les recevoir le plus rapidement possible. Il s’avéra que ‘’le plus rapidement possible’’ signifiait deux bonnes heures. Un véritable supplice pour Hermès qui continuait à refuser obstinément de regarder ou d’adresser la parole à son camarade. Muet comme une carpe, il s’était plongé dans la contemplation des tableaux qui ornaient la salle d’attente improvisée. Enfin, alors qu’il commençait à se demander si les médicomages n’avaient pas pour projet de les laisser mourir ici, on appela leurs noms. Hermès et Leandre suivirent jusqu’à la salle de consultation un médicomage qui avait des allures de gnome. Autant dire qu’il ne lui inspirait pas confiance. Pourtant, Hermès s’installa à son bureau sans faire d’histoire, pressé d’en terminer avec tout ça. A nouveau, il expliqua le problème, la voix légèrement chevrotante tant la situation lui faisait peur. Et s’ils étaient obligés de rester ainsi ? Rassurant, le médicomage leur expliqua qu’ils allaient faire quelques examens et qu’ils essaieraient ensuite des traitements adaptés.

Ils ne pouvaient rien pour eux. Voilà la seule conclusion à laquelle le médicomage en arriva. Ils avaient passé deux nouvelles heures à voyager de salle en salle, d’examens étranges en examens étranges. Plusieurs sortilèges avaient été tentés, presque autant de potions. Mais même le polynectar n’était pas venu au bout de la malédiction. Le médicomage leur avait expliqué qu’il fallait attendre, que personne ne savait encore ce qu’il se passait, que beaucoup de choses étranges s’étaient produites depuis que le nuage était apparu mais que personne n’avait d’explication à l’heure d’aujourd’hui. Ni de solution. Leandre avait fini par entendre raison et, sagement, comme le bon gars qu’il était, il avait quitté les lieux sans faire d’histoire. Il attendrait. Il faisait confiance à la médecine. Hermès, en revanche, refusait de partir comme ça. Ils n’avaient pas le droit de le laisser dans cet état. Ils ne pouvaient pas faire ça. Alors, il était retourné voir la sorcière d’accueil et avait demandé à voir un autre médicomage. Un plus compétent, cette fois.

Seulement, elle avait refusé. Elle n’avait pas le temps pour ça. Elle avait d’autres patients à enregistrer. Il n’avait qu’à faire ce qu’on lui disait et patienter, sagement. Mais Hermès n’avait pas envie d’être sage, aujourd’hui.
‘’ Vous me prenez pour un troll ? J’exige de voir un autre médicomage immédiatement ! Il est hors de question que je sorte de cet hôpital sans avoir une solution à mon problème, vous m’entendez ? Non mais regardez-moi, je ne vais pas me promener comme ça pendant des semaines ! Vous n’allez pas me dire que personne, ici, ne peut rien faire. On est dans un hôpital magique, par Merlin, Alors FAITE DE LA MAGIE BORDEL DE TROLL ! ‘’

Hermès n’était pourtant pas du genre à s’énerver mais la situation l’avait quelque peu mis sur les nerfs. Malheureusement, il pouvait hurler de toute la force de ses poumons, la sorcière n’avait pas décidé de céder.
‘’ Monsieur Lawburry, si vous ne vous calmez pas sur-le-champ, je fais appel à la sécurité‘menaça-t-elle, Je vous conseille de quitter les lieux immédiatement et d’aller prendre un peu de repos chez vous.‘’

Hermès grommela encore un peu, pour la forme, mais le combat était perdu d’avance. Il finit par ne plus avoir le choix et tourna les talons, résigné à quitter les lieux sans que personne n’ait pu lui donner de solution satisfaisante.
© Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Morrigan O. Yaxley
Il faut enseigner aux descendants des plus nobles lignées


Parchemins : 117
ici depuis : 27/07/2015
Maison / Profession : serpentard, étudiante en recherche magique
Pink symptoms : transplane sans le vouloir

MessageSujet: Re: Sinon, être un moldu, c'est cool - Hermigan   Mer 5 Aoû - 0:31

Hermès ∞ Morrigan
Sinon, être un moldu, c'est cool ou pas...
Se retrouver à Sainte Mangouste n'était pas une mince affaire pour Morrigan, elle avait suivi son père au ministère ce jour-là, il voulait la surveiller de près. S'assurer que ses symptômes ne soient pas dû au nuage, malheureusement pour Samuel, ses espoirs étaient vains, son aînée était contaminée. Alors, elle devait rester avec lui, afin qu'il arrive au moins d'essayer de le contrôler puisque sa femme ne supportait pas le fait qu'elle transplane sans arrêt. Sauf que pour Morrigan passer sa journée au ministère était une corvée, surtout lorsque son père voulait lui montrer quelques petits trucs pour passer pour une personne civilisée. Parce que bien entendu, elle était une sang-pur, mais cette jeune femme était asociale, ce qui rendait fous les siens. Elle était incapable de se tenir tranquille lorsqu'une soirée était organisée chez eux, enfin si, lorsqu'elle avait le droit d'aller dans sa chambre. Mais ses moments étaient rares, alors, elle devait participer à la fête, ce qui la ravissait vous imaginez bien. Alors, le ministère et le fait de devoir être aimable, très peu pour elle, du moins pour l'instant. Elle lisait un livre que son père lui avait donné afin de lire comment l'on constituait le Magenmagot. Au moins, avec de la lecture, elle restait dans le coin du bureau de son père et restait tranquille, jusqu'à ce que celui-ci revienne. Elle leva les yeux vers lui, il préparait quelque chose, elle le sentait. Tu vas aller à Sainte Mangouste, il faut que tu te fasses inscrire pour ton sydrôme. Morrigan se leva en regardant son père, lui tendant le livre qu'il lui avait prêté. Elle savait très bien comment s'y rendre sans lui, par conséquent, elle y arriverait très bien seule. Je viendrais te chercher, cela risque de prendre du temps. Un acquiescement de tête et voilà que la fille partie et s'en alla du ministère aussi vite qu'elle le pouvait.

La jeune fille arrive devant l'hôpital pour sorcier, elle hésita un instant avant d'entre, comme s'ils pouvaient y faire quelque chose. Le pessimisme de la blonde la perdra certainement un jour, mais il fallait qu'elle rentre, si son père apprenait qu'elle n'avait rien fait, elle en entendrait parler pendant des heures. Par conséquent, elle se décida d'y entrer, étonnée du monde se précipitant ici à cause de la situation du nuage, finalement, il y en avait du monde atteint, enfin si tous ceux qui étaient présents avaient de réels symptômes. Puisqu'elle se doutait bien, que des hypocondriaques viendraient en pensant être atteints, alors qu'ils n'avaient pas été contaminés. Morrigan s'approchait donc de l'accueil afin de savoir où il fallait qu'elle aille, son père ayant légèrement oublié de le mentionner. Sauf qu'il faudrait attendre, malheureusement, elle n'avait rien sur elle pour passer le temps, elle n'aurait pas dû rendre le livre à son père, au moins, elle aurait continué de s'instruire en attendant. Ayant tout son temps, elle s'asseyait sur un siège, comme de toute manière elle n'était pas la seule à attendre et surtout elle n'était pas la première arrivée. Il fallait bien laisser la place aux premiers, sur ce point elle n'était guère ennuyante, mais s'il s'avérait que cela puisse être son tour, il était hors de question de laisser sa place. Morrigan se mit donc dans la file lorsque qu'elle devait enfin passer ou presque, au moins, il y aurait plus de chance pour elle.

Une fois que ce fut à elle, la blonde expliqua son cas, la sorcière d'accueil se montrait désolée du regard, chose qui l'énerva en quelque sorte. Ce n'était pas une façon de faire, la fille Yaxley trouvait cela condescendant. Elle lui indiqua donc qu'il fallait qu'elle aille retrouver le médicomage qui s'occuperait de son cas. Encore un moment à attendre, même si elle se doutait qu'ils devaient être sur le pied de guère afin de s'occuper de la cohue à laquelle ils auraient droit. S'installant dans la salle d'attente, elle fut étonnement surprise d'être prise presque immédiatement. Elle expliquait donc son symptôme, mais elle vit bien dans le regard du médicomage qu'il n'y avait pas grand-chose à faire. Il lui donna simplement une potion à prendre, afin qu'elle ne soit pas trop malade à cause de tous ses moments à transplaner. Il ne pouvait rien faire de plus, ce dont elle se doutait. Laissant donc le médicomage à son travail, elle descendit de nouveau dans le hall d'entrée afin d'attendre son paternel.

En passant près de l'accueil, elle entendit la voix de la sorcière qui prononçait un nom qu'elle connaissait. Monsieur Lawburry, si vous ne vous calmez pas sur-le-champ, je fais appel à la sécurité. Je vous conseille de quitter les lieux immédiatement et d'aller prendre un peu de repos chez vous. La blonde tourna donc la tête vers celui à qui la sorcière d'accueil parlait, sauf qu'elle fut septique en voyant la tête de celui-ci. Ce n'était pas Hermès, le sorcier qui se trouvait devant elle n'était pas le Lawburry, cela la Yaxley en était certaine, c'était Léandre Appleby. Morrigan fit une moue songeuse. Essayant de comprendre ce qu'il se passait, mais comme celui-ci allait dans la même direction qu'elle, elle se décida de le suivre un sourire aux lèvres. S'il s'agissait bien du Lawburry, elle pourrait s'amuser, s'approchant de lui une petite pique s'échappa des lippes de la blonde. Tu essayes de changer d'identité Lawburry ? Cela ne t'aidera pas d'avoir une tête d'ahuri.
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Sinon, être un moldu, c'est cool - Hermigan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Coq super cool
» Chambres d'hotes "La Maison des Cool Heures" 95510 Vienne En Arthies (Val-d'Oise)
» Une Submariner, sinon rien
» sortie super cool
» Tulipe double dentelle "cool cristal"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nose-biting teacups :: Redeviens un moldu :: version I. :: rps-